• Facebook
  • Google
  • Twitter
  • Imprimer
  • Envoyer par e-mail

Balises de détresse, Le nécessaire de survie

03-04_balisemurPour les navigateurs au long cours, la balise de détresse Sarsat-Cospas est devenue incontournable. Depuis son apparition en 1980, elle n’a cessé de se miniaturiser. Aujourd'hui les modèles personnels (PLB) tiennent dans une poche de ciré. Ces balises offrent une couverture mondiale s'appuyant sur le réseau de satellites Sarsat-Cospas. Vu leur prix, il serait déraisonnable de ne pas profiter de leur sécurité.

1 - La bonne balise

03-04_baliseflotte
Plusieurs modèles de balises existent. Pour le choix, on prend en compte :

  • le GPS,
  • l’autonomie,
  • le type de balises
Dans la famille de balise de détresse par satellite on trouve des balises EPIRB (Emergency Position Indicating Radio Beacon) et les PLB (Personal Locator Beacon).

Les EPRIB sont les plus grosses. Elles sont reliées à un bateau et flottent.
Les PLB sont personnelles. Elles ne flottent pas mais fonctionnent même à terre.

La localisation de la balise est assurée par le passage des satellites. Il faut parfois plusieurs satellites pour donner une localisation précise (donc plus de temps). Si la balise est équipée d'un GPS, elle peut envoyer sa propre position au satellite. La localisation est alors plus rapide, plus précise et le déclenchement des secours accrue.

L’autonomie est de 24 à 48 heures (en continu) suivant les modèles.

La balise EPIRB est codée au numéro MMSI du bateau. Sur la PLB, on a le choix entre le numéro MMSI ou le nom de l’utilisateur (avec ses coordonnées et les personnes à prévenir en cas de problèmes).

Le GPS intégré est la solution recommandée pour accélérer les recherches. Sans GPS, le prix de la balise est moins élevé mais au détriment de la précision.

> Le plus du pro

Pour son propre bateau, le modèle EPIRB est la solution. Si vous êtes amené à changer de bateau (location, équipier...) la PLB est recommandée.

Mathieu, AD St Valery-en-Caux

StValery-Mathieu


2 - Comment ça marche ?

Dès leur déclenchement (manuel ou automatique selon les modèles), les balises émettent un signal d’identification vers le satellite (fréquence 406 mHz) codifié (n° MMSI du bateau balise EPIRB ou nom PLB), que les satellites réceptionnent et prétraitent, avant de le transmettre vers les stations au sol qui dispachent l’alerte en fonction de la position du bateau vers la station qui dépêchera les moyens opérationnels de sauvetage.

La couverture est mondiale (24 h/24) et la précision des localisations est de l’ordre de 1 à 3 milles pour une balise non équipée de GPS et de quelques dizaines de mètres si elle en est pourvue.

Le temps de déclenchement de l'intervention est de moins de 20 minutes si la balise est dotée d'un GPS. Le code MMSI permet de connaître immédiatement l’identité du navire. Ce code est attribué par l’Agence Nationale des Fréquences (ANFR), c’est le même que celui de la VHF ASN.

> Le plus du pro

La balise de détresse demande un investissement au départ. Ensuite elles ne sont liées à aucun abonnement. Il faut juste renouveler les piles tous les 5 ans.

Mathieu, AD St Valery-en-Caux

StValery-Mathieu

3 - Comment choisir sa balise ?

Balise EPIRB
La balise EPIRB est liée à un bateau. Elle est capable de lancer un appel de détresse via le réseau SARSAT-COSPAS. L'alerte est relayée vers la terre qui met en route les recherches et prévient les bateaux avoisinants. Le temps de déclenchement d'une alerte est de l'ordre de 20 minutes. Un temps acceptable si on se trouve dans le radeau de survie.

Balise PLB
La balise PLB est une balise personnelle. Elle est capable de lancer un appel de détresse via le réseau SARSAT-COSPAS. L'alerte est relayée vers la terre qui met en route les recherches et prévient les bateaux avoisinants. Le temps de déclenchement d'une alerte est de l'ordre de 20 minutes. De bien longues minutes pour un homme à la mer…

Balise de suivi
Il ne s'agit pas de balise de détresse mais d'une balise permettant de suivre au jour le jour la trajectoire d'un bateau. Les informations sont accessibles via le net aux personnes autorisées. Une touche SOS permet de lancer une alarme qui n'est pas transmisse vers les autorités mais vers des personnes choisies. A elles de lancer les secours.

Balise de détection homme à la mer
Il s'agit d'une alarme à bord qui sonne quand un équipier tombe à l'eau. Cela permet au reste de l'équipage d'être immédiatement informé et de réaliser la manoeuvre de sauvetage au plus vite, voire d'alerter les autres navires sur zones. Cette balise ne déclenche pas automatiquement des recherches auprès des autorités compétentes.

Accueil - Sommaire
Nos magasins

AD vous recommande

 
 
 
cc9Livraison-gratuiteLivraison-a-domicileSatisfait-ou-rembourséPaiement-sécuriserTrouver-le-magasin
 
 

Plus de conseils


> Tous les thèmes

ADnews

Archives ADnews