• Facebook
  • Google
  • Twitter
  • Imprimer
  • Envoyer par e-mail

Voiles

06_02_SpiSymetriqueLe moteur du voilier !
Les voiles livrées en standard sur un bateau neuf, ne sont pas toujours de qualité ou adaptées aux besoins. Mais surtout une voile n'a pas la même durée de vie qu'un voilier. Il faut les renouveler régulièrement. Chaque utilisation,condition de mer ou de vent, disposent de jeux de voiles adaptées. Les voiles de régate, de croisières estivales ou hauturières sont différentes tant sur la coupe que pour les tissus.

1 - La grand-voile

06_02_VGVetFocLa tendance actuelle est de tailler des grand-voiles avec lattes forcées. Apparues sur les multicoques, ces grand-voiles possèdent des lattes horizontales qui font toute la largeur de la voile et sont réparties de la tête de mât à la bôme. Cela permet de mieux maitriser la forme de la voile surtout dans les hauts, et d'offrir plus de puissance en augmentant le rond de chute. En plus le faseyement est minimisé. Revers de la médaille,il est impératif qu’elle soit montée sur des chariots (si possible à billes) pour la hisser et l’affaler sans efforts. Un accessoire qui grève sensiblement le budget. Pour la régate, les fins barreurs lui préfèrent la voile standard, plus légère et permettant plus de réglages.
Pour les voiliers plus anciens dont le pataras gène souvent le rond de chute, on peut aussi choisir une grand-voile partiellement latté (on dit semi-lattée).

> Le plus du pro

"Une voile qui faseye vieilli très vite. Evitez de laisser battre vos voiles."

Briac, AD St Cast le Guildo

StCast-Briac

2 - Le génois

Le génois sur enrouleur est devenu incontournable pour la majorité des plaisanciers. Seuls les régatiers lui préfèreront des voiles sur étais creux. Toutefois, il ne faut pas compter sur un génois enroulé pour tenir lieu de tourmentin. Cette petite voile prévue pour les très forts coups de vent, doit être taillée avec une forme très plate et avoir une surface adaptée au bateau. Vu qu'il n'est pas possible de l'adapter sur un enrouleur (sauf modèles très spécifiques), la solution pour l’envoyer reste l’étai largable. Cet étai indispensable si vous envisagez une grande croisière, peut être fabriqué avec les nouveaux matériaux en textile.

> Le plus du pro

La voile est un élément déterminant pour votre navigation et vos économies d’énergie. Selon vos besoins, AD vous propose des voiles adaptées à votre bateau après une prise de mesure exacte à bord. Voile de croisière ou de régate, taille, coupe, tissu, couleur, finitions… Profitez d’une nouvelle voile optimale pour votre bateau, et ce à prix AD !

3 - Le spi

Symétrique ou asymétrique ?
Le spi symétrique se grée avec un tangon. Il demande donc plus de manoeuvres et quelques subtilités. Voilà pourquoi le spi asymétrique dont l'amure se fixe à l'étrave (fini donc le tangon) a souvent la préférence des plaisanciers. Seulement au vent  arrière le spi asymétrique se trouve masqué par la grand-voile et ne tient pus en place. Contrairement au modèle symétrique que l'on peut basculer au vent grâce au tangon. Une solution intermédiaire consiste à s'équiper d'un asymétrique et d'un tangon. Ce dernier permet de faciliter les navigations au plein vent arrière.

Et le gennaker ?
Il s'agit là d'une sorte de grand foc ballon. Il permet de remonter au vent dans les petits airs, quand le foc est à la peine. Ce gennaker s'installe souvent sur un emmagasineur pour le ranger plus facilement.

> Le plus du pro

06_02_SpiSymetrique2

4 - Les accessoires

Pensez au protection de vos voiles pendant les périodes d'inaction : housse de bôme, laszy-bag ou fourreau de génois permettent aux voiles de rester à poste sans crainte.
Pour les voiles de portant on pensera à une chaussette de spi pour faciliter l'envoi ou encore à un bout-dehors amovible pour augmenter les performances des spis.

5 - Les tissus employés

La qualité du tissu dépend des caractéristiques des fils qui le composent, du nombre de fils par centimètre carré, de la technique et de la qualité du tissage et, enfin, des résines appliquées après tissage (apprêts).

La résistance d’un tissu  s’apprécie à son grammage : plus le fil est gros, plus il sera résistant (mais difficile à tisser serré). Le matériau le plus répandu sur les bateaux de plaisance est le Dacron (polyester haute densité) qui se décline en de nombreuses variantes, selon le grammage, la qualité de tissage, la fibre, la densité de la trame et le type d’apprêt.

Parmi les autres matériaux "exotiques" on retrouve :
- le Mylar® (film polyester indéformable) résistant, très léger mais également cassant, sensible aux pliages et difficile à  stocker
- le Kevlar® (5 fois plus résistant que le polyester) et plus léger, mais très sensible aux UV et à la pliure
- le Spectra® résistant à l’élongation, aux pliages, aux UV, stable et très léger
Ces matériaux furent longtemps l’apanage des courses au large et des régates, mais sont désormais utilisables pour la plaisance.

Mais, attention, sous certaines conditions. Interrogez votre conseiller AD.





> Le plus du pro

06_02_VoileComposite

6 - Pour passer commande

Vous devez indiquer :
- le type de bateau et de mât,
- son année de construction,
- son poids en charge,
- son type de gréement,
- le diamètre de l’étai,
- enrouleur ou étai creux
- les mesures (cotes du guindant, bordure, détail du point d’amure, dimension de la ralingue).
- la zone et le type de navigation,
- le temps moyen d’utilisation du bateau.

Pour la réalisation des voiles distribuées dans le réseau AD, nous avons sélectionné la voilerie VEGA VOILES. Tous les magasins AD disposent d’une fiche d’informations préalables. Vous devez la remplir précisément avant toute commande afin d’adapter votre voile à vos besoins.

7 - Quand les remplacer ?

Le prix d’un jeu de voiles neuves standard représente entre 8 et 15 % de la valeur du bateau neuf. Voilà une bonne raison de les soigner !
Une grand-voile traditionnelle en Dacron peut durer une dizaine d’années. A condition de ne pas être difficile sur sa forme (les tissus se déforment sous l'effort et la voile se creuse). S’il ne retient que le seul critère de performance, le plaisancier peut être conduit à en changer tous les 5 ans.

Pour décider du  remplacement d’une voile, 2 points sont à considérer :
- La forme, elle détermine les performances et le confort de navigation.
Une voile déformée devient trop puissante. Elle fait chuter la vitesse, rend la barre plus dure et la navigation inconfortable. Seule une sortie en mer par brise soutenue  vous permettra de juger de ce critère.
- La solidité, pas besoin de sortir en mer, pour vérifier la solidité d’une voile.
Une couture qui commence à se défaire ou pire, un début de déchirure dans la toile, et il faut porter sa voile à réviser chez le voilier.

Une grand-voile laissée sur la bôme sans taud s’abîmera vite. De même, un génois enrouleur dépourvu de bande anti-UV sera mis hors d’usage par le soleil en seulement 2 ans.
Les parties qui se sont usées avant la toile (oxydation des oeillets, état des renforts de ris, points d’écoute, fourreaux de latte) ne condamnent pas forcément votre voile mais impliquent une révision sérieuse.




> Le plus du pro

Entretien

- Pour l’hivernage, rangez vos voiles en faisant de grands plis et stockez-les dans un lieu qui doit être sec et aéré.

- La grand-voile qu’il est indispensable de protéger par un taud de bôme, se roule après avoir enlevé les lattes.

- Rincez vos voiles au moins une fois par an et ne les faites jamais battre au vent dans le gréement pour les sécher.

- Faites réviser vos voiles régulièrement. Si possible pendant l’hivernage, les voiliers sont moins débordés.

Accueil - Sommaire
Nos magasins

AD vous recommande

 
 
 
cc9Livraison-gratuiteLivraison-a-domicileSatisfait-ou-rembourséPaiement-sécuriserTrouver-le-magasin
 
 

Plus de conseils


> Tous les thèmes

ADnews

Archives ADnews