ADnews 34 : Les enfants à bord


Quel plaisir de naviguer avec des enfants. Le partage, la complicité, leur innocence, leur intérêt, leur curiosité sont autant d'atouts pour la réussite d'une croisière. A condition de bien la préparer. En effet naviguer avec des enfants nécessite quelques aménagements. En tenant compte avant toute chose, de l'âge de l'enfant.

Les nourrissons


adnews2012-07_1nourrisson
Ce sont les mousses les plus adaptés à la navigation. Ils ne peuvent pas se déplacer  et n'ont pratiquement jamais le mal de mer (le mal des transports provient à partir de 2 ans quand l'oreille interne est complétement formée).

- En navigation
On les garde dans la cabine, à l'abri des éléments (soleil, vent, embruns…). Bercés par la mer, ils ne tardent pas à dormir. Sur un voilier on pense à bien les caler à la gîte et à ne pas les oublier au virement de bord. Une couchette avec une toile ou un filet de couchette antiroulis (réf. C30073) peut accueillir un couffin. Il faut veiller à une bonne aération de la cabine.

- Au port
La vie à bord réclame les mêmes attentions qu'à la maison, en veillant tout particulièrement à l'aération de la cabine pendant les siestes (avec une manche à air par exemple  réf. P72010). Détail pratique, il existe des chauffe-biberons qui fonctionnent en 12 volts.

Les enfants en bas âge

adnews2012-07_2bas-age

Les choses se compliquent car un bateau est une source de dangers cachés, surtout pour un enfant qui sait marcher. Difficile de lui faire garder la cabine. Il faut donc commencer par le protéger. Du soleil avec lunettes, casquette (bien attachée avec un clip réf. I80210), crème. Puis contre le froid ou l'humidité avec ciré, polaire, gants…

- En navigation
Port de la brassière obligatoire dès que l'enfant peut se déplacer, surtout s'il se trouve sur le pont. La difficulté, c'est de garder un œil sur eux. Un adulte dispensé de manœuvre sera désigné pour toujours le suivre dans ses déplacements. On peut utiliser un harnais. Dans ce cas, on choisit un point d'attache dans le dos, qui permet de le remorquer sans le noyer en cas de chute à la mer. Prévoyez une sangle (longe) très courte.
Rapidement, l'enfant se rend compte que le pont est un endroit risqué, bourré d'interdits. Souvent, l'enfant comprend que la cabine est calme et dénudée des interdits des adultes qui craignent, à juste titre, de le voir passer à l'eau. Coincé dans une cabine, il ne risque rien, mais on veillera à ne pas lui laisser l'accès à des zones comme la cuisine ou la table à cartes pour ne pas le voir jouer avec les instruments électroniques (VHF, balise de détresse…). Prévoyez de quoi l'occuper avec des jeux en quantité suffisante. Le programme de la croisière sera adapté en conséquence avec bien sûr des navigations courtes, tenant compte de la météo. La patience d'un enfant est limitée.

- Au port
Comme en navigation, le port de la brassière reste obligatoire. Même sur un ponton, les obstacles qui peuvent entraîner une chute à l'eau sont nombreux. C'est d'autant plus important que souvent la vigilance de l'adulte faiblit, une fois arrivée à terre.

adnews2012-07_3bas-age

Les pré-ados et plus


adnews2012-07_4ados

Ce ne sont pas les plus faciles à gérer. Leur faire participer à la vie du bord : manœuvre, pilotage, réglages, navigation, pêche, cuisine… sont sans doute les meilleures solutions. Ils aiment être pris au sérieux. La mer est un bel espace pour cette communication. Encouragez-les, félicitez-les, donnez-leur l'envie d'apprendre, de découvrir.
Attention à l'annexe. C'est un engin attrayant aux apparences ludiques mais qui peut aussi s'avérer dangereux. Les jeunes marins doivent apprendre les règles de sécurité avant de se lancer à l'aventure. A la rame, on se méfiera des vents de terre qui éloignent l'esquif. Si l'annexe est motorisée, le port du coupe-circuit est obligatoire.

adnews2012-07_5ados

< Retour au sommaire   1/2   Page suivante >

 
 

Nos produits pour les enfants

 
 
 
cc9Livraison-gratuiteLivraison-a-domicileSatisfait-ou-rembourséPaiement-sécuriserTrouver-le-magasin