Confort

  1. Bien choisir sa cuisinière

    Changer de cuisinière

    La durée de vie moyenne d’une cuisinière varie entre 15 et 20 ans. Elle peut être beaucoup plus courte si elle est de mauvaise qualité ou pas conçue pour une utilisation en milieu salin. Si vous souhaitez la changer pour un modèle plus récent ou plus complet, il faut prendre quelques précautions.

    Mesurer de long en large. À moins de reconfigurer sa cuisine, commencez par vérifier les dimensions. La plus critique est la largeur. Si vous avez de la place, vous pouvez prendre un modèle plus profond voire plus haut. Penser à vérifier le débattement à la gîte pour les modèles sur cardan.

    Combien de feux ? Ensuite, vient le nombre de feux : deux sont un bon équilibre. Trois à condition que le feu arrière soit petit ou les feux disposés e

    Voir le conseil
  2. Réfrigération à bords

    Réfrigérateur (ou congélateur) intégré

    Le froid comme à la maison !

    Vous disposez déjà à bord d’un réfrigérateur (ou congélateur) compact encastré dans la cuisine. Son groupe froid peut être séparé ou intégré. Il fonctionne ? Tant mieux ! Sinon, vous pouvez faire vérifier votre groupe froid par un spécialiste.

    Les deux pannes les plus courantes sont : le thermostat, il suffit de le changer ou une fuite de gaz, c’est plus ennuyeux. S’il s’avère que les frais à engager sont importants sans garantie de résultats à moyen terme, il est préférable de changer le groupe froid.

    Dans ce cas précis, compte tenu de la configuration existante, vous vous orienterez ve

    Voir le conseil
  3. Réservoirs ou dessalinisateurs

    Bien placer vos réservoirs

    Lorsque l’on envisage de rajouter un réservoir supplémentaire une question se pose : où le mettre ?

    Deux solutions :

    - Vous disposez d’un coffre suffisamment grand et de forme rectangulaire ; vous pouvez donc opter pour un réservoir rigide en plastique alimentaire.

    - L'autre solution qui permet de perdre un minimum de volume, est de s’orienter vers un réservoir souple qui s’adapte beaucoup mieux. Ce dernier est construit avec trois couches : deux pour la résistance et une pour garantir la qualité alimentaire.

    09_02_reservoir

    Voir le conseil
  4. De l'eau au robinet

    Choisir son groupe d'eau

    La pompe doit impérativement être auto-amorçante, pouvoir tourner à vide un minimum de temps pour réamorcer le circuit, posséder une valve anti-retour et avoir la possibilité d’être installée sur silentblocs pour minimiser le bruit.

    Lorsque l’on choisit un groupe d’eau, il faut prendre en compte :
    - le nombre de robinets,
    - le débit

    Voir le conseil
  5. Une question de confort

    La puissance

    Pour choisir un chauffage, il faut en premier, définir la puissance.

    Elle est exprimée en watts ou en kilocalories (une Kcal/h = 1,16 Kwatts).

    En pratique, on estime qu’un chauffage de 1500 watts convient à un volume de 20 à 25 m3, un de 2000 watts pour 30 m3 et un de 5000 watts pour 70 m3.

     

    Modes de diffusion de la chaleur

    Différentes solutions sont proposées pour le bateau : le chauffage autonome, à air pulsé indépendant et le chauffage multiposte

    Voir le conseil
  6. Objectif propreté !

    Les obligations

    En France, certaines zones du littoral nécessitent désormais d’être équipées en réservoir à eaux noires. Depuis 1998, tous les constructeurs européens de bateau ont l'obligation de prévoir un emplacement pour disposer une cuve à eaux noires. Cette dernière n'est fournie qu'en option. Pour les bateaux construits avant 1998, aucune obligation ne leur impose la présence d'un réservoir de rétention des déchets.

    En effet, la directive 2003/44/CE, stipule seulement que les bateaux neufs, équipés de WC doivent être munis : soit d’un réservoir, soit d’une installation pouvant accueillir un réservoir temporaire, pour les zones où le rejet de déchets organiques est limité. Tout conduit de rejet traversant la coque doit pouvoir être fermé hermétiquement par une vanne.

    Actuellement

    Voir le conseil
  7. L'installation d'un dessalinisateur

    Entretien

    Les membranes doivent être rincées à l'eau douce en pression ½ bar pour une immobilisation de 3 à 4 jours, ou bien nettoyées par une solution de biocide en circuit fermé pour une immobilisation de l'appareil pour plus de 7 jours (hivernage).

    Si on ne possède pas de groupe électrogène à bord, en choisissant un dessalinisateur attelé au moteur, on s’affranchit des problèmes de puissance électrique.
    Voir le conseil
Top of page