Mouillage

  1. La puissance pour remonter l'ancre

    Comment ca marche ?

    Un guindeau est une sorte de gros treuil qui démultiplie la force pour remonter l'ancre. Il est équipé en sortie d'un barbotin, une roue crantée prévue pour recevoir la chaine.

    Attention, ce barbotin est adapté au diamètre de la chaine. Pour remonter le câblot (partie du mouillage en cordage), le guindeau doit être équipé d'une poupée. Ce

    Voir le conseil
  2. Les ancres

    La réglementation et le 2e mouillage

    La réglementation impose une et une seule ancre pour les bateaux ayant plus de 4 personnes à bord. Dans la pratique, il faut que tous les bateaux aient au moins une ancre à bord. Outre le fait qu'elle permet le mouillage forain, une ancre et une chaîne permettent de faire face à une situation d'urgence par mauvais temps (avarie de gréement ou de moteur ne permettant plus de faire route).

    Même si le second mouillage n'est pas rendu obligatoire par la législation, il est important d'en avoir un à bord. La tenue des ancres n'étant pas identiques suivant le type de fond (rochers, algues, sables…) nous vous conseillons de prendre un second mouillage avec une ancre différente de l'ancre principale. Les 2 ancres seront ainsi complém

    Voir le conseil
  3. Chaîne de bateau, une bonne tenue

    Les techniques de mouillage

    En cas de risque de mauvais temps il est prudent de mouiller une 2e ancre pour éviter de déraper.
     
    Deux techniques sont possibles : l’empennalage et l’affourchage. Lorsque l’on mouille sur 2 ancres, elles doivent être de même technologie pour travailler de la même façon.

    Empenneler. Cela consiste à mouiller deux ancres à la suite. Si les deux ne travaillent pas obligatoirement dans le sol, la première la plus proche du bateau sert au moins de poids pour plaquer la chaine au sol avant la seconde.
    07-04_empenneler

    Affourcher
    . Cela revient à placer deux ancres en V devant le
    Voir le conseil
  4. Protection de coque

    Les plus courants

    Il y a toute forme de pare-battages, du cylindrique à la lentille en passant par les plats et les ronds... Devant un tel éventail, il est souvent difficile de faire un choix et il est tentant, au cas ou, de prendre un assortiment mais les cylindriques sont sans conteste les plus efficaces.

    Les cylindriques
    Pour protéger la coque lorsque le bateau est au ponton ou à couple, les modèles cylindriques à cordage traversant ou avec des yeux aux extrémités, sont les plus efficaces. Ils peuvent être positionnés à la verticale (utilisation normale) ou à l’horizontale pour protéger une plus grande longueur ou éviter qu'ils ne remontent avec le ressac. La précaution est de les prendre tous de même diamètre. On se référera au tableau pour choisir leur diamètre.

    Leur longueur doit être égale au 2/3 de la hauteur du franc-bord de votre bateau.

    Bien entendu, plus ils sont
    Voir le conseil
Top of page